EELV : quelle stratégie (bis) ?

Publié le par Henri LOURDOU

EELV : quelle stratégie (bis) ?

En avril 2015, j'écrivais : "En réalité, le débat doit effectivement avoir lieu sur notre stratégie politique, mais il doit avoir lieu collectivement et selon des formes respectueuses de la démocratie.

Ce qui se passe actuellement ressemble trop, et chacun le sent bien, à une forme de chantage exercé par quelques personnes aux ambitions personnelles un peu pressantes : cédez-moi sinon je casse tout (et d'abord l'image de notre mouvement) !"

Il aura suffi de quelques mois et de la double perspective des élections régionales de décembre, et d'un éventuel remaniement ministériel préparant les présidentielles de 2017, pour que les diables évoqués ci-dessus ressortent de leur boîte.

Ainsi un député ministrable (du moins le croit-il), François de Rugy dénonce-t-il la "dérive gauchiste" du mouvement et fait assaut de "sens des responsabilités" en déclarant à propos des migrants :"Il faudra assumer des mesures contraignantes" (fort bien, mais lesquelles ? Celles du gouvernement actuel nous semblent éminemment contestables !) et, plus grave : "entendre les inquiétudes des Français sans pour autant alimenter le FN" ("Le Monde" du 27 août). Ce genre de discours apparemment bien balancé a des précédents : "La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre toute sa part." Qui se souvient de la 2de partie de la phrase de Michel Rocard ? On sait donc ce qui sera retenu de la belle formule de de Rugy. Et ce n'est pas à son honneur.

Ce prurit rugiesque est alimenté par la possible alliance d'EELV avec tout ou partie du Front de Gauche pour les régionales de décembre dans 4 régions sur 13 : en Languedoc Roussillon Midi Pyrénées, en Nord Pas de Calais Picardie, en PACA, et en Rhône-Alpes.

Ainsi, notre président du groupe parlementaire, et son comparse JV Placé, autre potentiel minstrable, ont-ils jugé utile de polluer les Journées d'Eté de notre mouvement en donnant l'occasion au "Monde" de titrer par exemple : "Crise de nerfs de rentrée chez les écologistes" ("Le Monde" des 23- 274 août), alors que le corps de l'article précisait que leur "coup de gueule" n'a pas guère ému les participants à ces journées d'été".

Régionales : refonder une offre politique alternative au Front antinational.

Tout le montre : la course des grands partis traditionnels, de LR au PS, derrière un Front national porté par le vent de l'opinion, ne fait qu'alimenter le désespoir et le retrait de ceux-celles qui croient encore aux valeurs fondatrices de la République.

Rassembler tous-tes ceux-celles-là est donc un impératif pour redonner du sens au vote.

Le mode de scrutin est ainsi fait que seules les listes ayant obtenu plus de 10% des voix peuvent se maintenir au 2d tour, mais surtout que la liste arrivée en tête au 2d tour bénéficie d'une prime majoritaire lui permettant d'avoir la majorité des élu-es (très exactement 50% des sièges + la part proportionnellement équivalente à son % de voix sur les 50% restants.°

Ce dernier point est essentiel et trace notre devoir civique : seule une fusion des listes de gauche peut permettre d'arriver en tête au 2d tour face à une Droite et une Extrême-Droite (encore) divisées, mais majoritaires selon tous les sondages.

Ce qui a rendu la Droite et l'Extrême-Droite majoritaires est la politique extrêmement décevante du gouvernement depuis 2012. Une politique ambigüe, hésitante, et de plus en plus à la remorque d'une opinion séduite par les sirènes de l'Extrême-Droite.

Seule la constitution d'un pôle alternatif prenant la majorité au sein de la Gauche peut inverser cette course vers l'abîme.

C'est à cela que nous allons travailler dans ces 4 régions pilotes, où le FN est en pointe.

Ce pari n'a rien de miraculeux. Il n'est pas gagné d'avance. Car les réticences réciproques sont encore nombreuses entre composantes du Front de Gauche et écologistes.

Mais l'avenir démocratique de notre pays est à ce prix. Je ne vois pas d'autre moyen d'y travailler.

La question des présidentielles viendra après : elle se posera fort différemment suivant les résultats de ces régionales des 6 et 13 décembre.

Publié dans Verts et EELV

Commenter cet article