Journal de la Raison...ou de la Confusion néo-réac ?

Publié le par Henri LOURDOU

Journal de la Raison...ou de la Confusion néo-réac ?

Journal de la Raison...

ou journal de la Confusion ?

 

Un nouveau journal, quoi de plus sympathique ? J'ai pris l'habitude d'acheter les n°1 au point d'en avoir constitué une collection. Aussi ai-je fait l'emplette du n°1 de "Franc Tireur" daté du 17-11-21, qui se présente comme un hebdomadaire dédié au "combat pour la Raison".

Donc un hebdo polémique. Sa "une" ci-joint affiche deux combats a priori sympathiques pour une personne de gauche : contre Zemmour et contre Poutine.

Malheureusement, le reste est pour le moins discutable.

"Le dernier mot" de Christophe Barbier (ex-directeur de la rédaction de l'Express et figure bien connue de la télé-commentaire) s'attaque de façon ahurissante à Greta Thunberg, accusée de "dénigrer et diviser les Etats qui travaillent ensemble, notamment ceux de l'Occident démocratique" pour avoir commenté d'un "bla-bla-bla" sur Twitter les résultats de la COP 26 de Glasgow. Ce faisant, elle n'a pourtant que résumé le sentiment général de déception exprimé par bien des analystes et commentateurs. Mais elle a, elle, la circonstance, visiblement gravissime aux yeux de Barbier, d'être "l'égérie de l'écologie culpabilisante". Son avis n'est donc qu'un "borborygme". Où est ici la "Raison" invoquée dans le sous-titre du journal ?

Pareillement, le point de vue de Philippe Aghion, économiste pro-Macron et ancien conseiller de F.Hollande, sur l'excellence du choix nucléaire de la France en matière de production d'énergie, relève bien-t-elle du "combat pour la Raison" ou bien d'un choix politique discutable ? S'abriter derrière des chiffres qui ne démontrent absolument pas ce qu'il prétend relève plutôt d'une instrumentalisation de la Raison. On est ici dans "l'argument d'autorité", pas dans le débat rationnel basé sur des arguments contradictoires. Tous les scénarii énergétiques publiés, que ce soit ceux de Négawatt ou ceux de RTE (le Réseau public de Transport d'Electricité) ne démontrent absolument pas que se passer du nucléaire serait contraire à toute rationalité économique. Au contraire, ils montrent le caractère hasardeux et encore plein d'incertitude du choix macronien de relance du nucléaire, et surtout, ils ne répondent en rien aux objections extra-financières à un tel choix : principalement le caractère incommensurable et hors de contrôle du risque radio-actif. Quant au critère économique, mis en avant par Yannick Jadot, il montre au contraire la contradiction d'un investissement (forcément étatique en raison de la frilosité du privé face aux risques) dans le nucléaire avec le développement de l'efficacité (rénovation des bâtiments notamment) et des énergies renouvelables, deux champs d'action dans lesquels la France accumule son retard face aux pays dénucléarisés.

Mais que dire des autres articles presque tous dédiés à la chasse au "wokisme" et à la décrédibilisation des nouveaux combats féministes et antiracistes ? Sans parler des combats sociaux, comme celui sur le prix du logement : Olivier Babeau, idéologue néo-libéral, veut nous démontrer que le plafonnement des loyers est une mauvaise idée, car il aboutit à la pénurie de logements en décourageant les investisseurs. Donc, que les pauvres continuent à payer le prix fort : c'est la condition pour permettre au marché de continuer à jouer son rôle salvateur ! Comme dans le "Médecin malgré lui", ils mourront guéris.

Ainsi, l'affichage "rationaliste" et de "gauche" recouvre la marchandise frelaté du confusionnisme néo-réactionnaire qui a déjà amplement envahi une partie de la vieille gauche en voie de droitisation accélérée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article