Arturo PEREZ-REVERTE Le cimetière des bateaux sans nom

Publié le par Henri LOURDOU

Arturo PEREZ-REVERTE Le cimetière des bateaux sans nom

Arturo PEREZ-REVERTE

Le cimetière des bateaux sans nom

roman, traduit de l'espagnol par François MASPÉRO, 2001,

Points n°995 (2002), 572 p.

 

C'est une histoire de marin et de chasse au trésor, qui s'inscrit explicitement dans la lignée de L'île au trésor de Stevenson, du Moby Dick de Melville, du Secret de la Licorne et du Trésor de Rackam le Rouge d'Hergé, et de Lord Jim de Conrad.

Il s'y ajoute une héroïne féminine, absente de toutes ces références, qui tire l'histoire vers les romans noirs du premier vingtième siècle, notamment ceux de Chandler et Hadley Chase ou Hammett, dont Le faucon maltais est cité, avec leurs femmes fatales et dangereusement retorses qui abusent de la confiance d'un héros, dont les apparences de dur à cuire longuement frotté aux difficultés de la vie cachent un fond de romantisme naïf.

Malgré ce poncif misogyne, j'ai aimé ce roman à cause de tout ce qu'il nous dit de la mer et de la vie en mer. J'ai été émoustillé par l'accumulation des termes de marine qui rebuteraient sans doute d'autres lecteurs, car il sont posés sans vain étalage d'érudition dans le flot d'une histoire qui les appelle naturellement. Attiré aussi par cette rigueur que nécessite la navigation, et qui se traduit pour moi, terrestre absolu par ailleurs, par un goût immodéré des atlas, cartes et plans. La carte du ciel aussi m'ouvre des horizons fascinants.

Car l'histoire débute (et se poursuit) autour d'une carte ancienne. Et la chasse au trésor qu'elle déclenche soulève un point d'Histoire passionnant : l'expulsion des Jésuites d'Espagne au XVIIIe siècle.

J'ai regardé, vers la fin de ma lecture, le film de Peter WEIR "Master and Commander" qui reconstitue cet univers de la marine à voile évoquée dans ce livre. Pour moi un film-culte.

Et je commence à lire, en suivant, le "Lord Jim" de Conrad. Me voici parti pour un cycle de lectures maritimes...

Publié dans Histoire, Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article