Préparer 2022...

Publié le par Henri LOURDOU

Préparer 2022...

 

Dans une tribune du Monde daté 12-9-20, José Bové et Noël Mamère appellent les écologistes à désigner très rapidement leur candidat à la présidentielle : ils ont raison.

Avec le complément suivant : pour pouvoir se consacrer à l'essentiel, à savoir la négociation avec toutes les forces de gauche d'un programme et d'une stratégie communes pour les législatives sur lesquels ce candidat pourra s'appuyer.

Que personne ne compte donc sur nous pour participer à une interminable "primaire" pour départager des candidats à la candidature. Pour parler clairement : nous nous foutons royalement que ce soit Piolle ou Jadot ou Tartempionne.

Les éléments-clés du programme commun à définir tournent autour des deux grands enjeux de l'urgence écologique et doivent rompre clairement avec la sainte trinité "productivisme-consumérisme-extractivisme".

Enjeu climatique : il s'agit davantage de moins consommer d'énergie que de promouvoir les énergies dites "vertes". Cette priorité à la sobriété pour atteindre la neutralité carbone doit être clairement affichée et déclinée.

Enjeu de la perte de biodiversité : il est aujourd'hui trop négligé. Il doit être mis au même niveau que l'enjeu climatique. Avec tout ce que cela implique.

Pour faire face à de tels enjeux, il faudra aussi affronter clairement les questions des inégalités et discriminations et de la participation citoyenne.

Celles-ci ne peuvent être traitées a minima.

Réduire drastiquement les inégalités est une condition absolue de la mise en place de la sobriété. S'attaquer aux discriminations systémiques (sexisme, racisme) qui craquent de toute part exige beaucoup de clarté dans les idées pour éviter les faux-débats et crispations qui prolifèrent autour de la prise de parole actuelle des discriminé-e-s.

La participation citoyenne ne saurait se réduire aux consultations virtuelles par l'internet. Elle requiert une reconnaissance et une promotion du bénévolat associatif et syndical, dont l'apport est fondamental.

 

C'est ainsi que c'est l'action associative qui fait émerger les problèmes liés à la promotion inconsidéré et anarchique des "énergies vertes" : méthanisation, avec des projets surdimensionnés qui encouragent des cultures spécifiques ou la production de déchets pour "nourrir" les méthaniseurs; photovoltaïque, avec la stérilisation de terres agricoles pour installer des fermes solaires; etc...

C'est également par l'action associative que se mesure et peut se compenser la perte locale de biodiversité avec la mise en place des Atlas de la Biodiversité Communale, les comités de pilotage des Zones Naturelles ou Natura 2000, la mise en place d'alternatives à la pollution lumineuse nocturne, notamment par le simple rappel de la législation existante sur l'extinction des vitrines, etc...

Pour toutes ces actions, voir par exemple le site fne65.fr

Tout cela suppose un encouragement à l'engagement associatif qui est loin d'être la priorité actuelle, bien au contraire.

Finalement, le Conseil Fédéral des 19 et 20-9-20 m'a plutôt convaincu que nous étions sur la bonne voie  :

Pour l’écologie : réussir la séquence 2021 2022

Sep 21, 2020 | Le Conseil Fédéral

Adoptée par le Conseil fédéral d’Europe Écologie Les Verts des 19 et 20 septembre 2020

Exposé des motifs

 

(...) La crise du coronavirus révèle l’extrême vulnérabilité de nos sociétés, la fragilité de leur système de santé publique malmené par des décennies de politique austéritaire. Elle a accentué la prise de conscience de cette fragilité de nos sociétés construites sans respect ni harmonie avec la nature dont nous faisons partie.

 

Cette prise de conscience avait déjà fortement progressé du fait des manifestations de la crise climatique, et de la biodiversité. Une grande partie de nos concitoyen.nes sont aujourd’hui acquis-es à la nécessité d’agir et remet en question notre système économique et social.

 

De plus en plus se disent : «la planète est en train de devenir une étuve, nos ressources naturelles s’épuisent, la biodiversité fond comme la neige au soleil, et on s’évertue à entretenir, voire à réanimer le modèle économique, marchand, qui est la cause de tous ces désordres ».

 

Ces citoyen-nes sont désormais potentiellement porteur-ses d’un projet franchement écolo ; preuve en est, ces 150 personnes tirées au sort de la convention citoyenne pour le climat, qui ont compris en quelques mois, la nécessité d’un changement radical de système.

 

Gilets Jaunes, marches climats, convention citoyenne, on ne peut plus faire de la politique comme avant. Les femmes et les hommes politiques ne sont plus des sachants, énonçant leurs vérités absolues par des effets de manche depuis leurs tribunes. Nous ne croyons pas à la rencontre d’un homme (c’est toujours un homme) providentiel et du peuple français, nous sommes au contraire convaincus de l’absolue nécessité d’une démarche collective fondée sur une construction et ouverte d’un projet pour notre pays.

 

Les progrès de l’abstention à chaque scrutin doivent être pour nous une leçon d’humilité et un motif d’inquiétude. Nous voulons une démocratie accessible à chaque habitant.e de notre pays, une République profondément transformée qui tiennent compte de la diversité de ses territoires et de ses cultures pour l’enrichir

 

Nous voulons porter au niveau européen et mondial une exigence forte de renforcement des outils de gouvernance démocratique au service du vivant et de la justice sociale.

 

Redonner confiance à la politique, redonner l’envie de s’intéresser aux affaires publiques ne passe pas par la simple désignation de candidat-es, aussi clairvoyant-es et pertinent-es fussent-ils. Cela passe par créer les conditions d’offrir à chaque citoyen-ne la possibilité de s’engager en politique. Les élections municipales l’ont montré : les élections peuvent être gagnées par celles et ceux qui rassembleront autour d’un projet de véritable transition écologique et sociale. Mais cela nécessite d’abord de favoriser l’expression et la mobilisation citoyenne. Ensuite de ne pas céder à la logique du présidentialisme

 

Nous sommes entrés dans une décennie critique qui implique que nous engagions de toute urgence la transition écologique de nos sociétés. A ce titre, les élections présidentielles et législatives de 2022 sont des étapes essentielles que nous ne devons pas rater. C’est pourquoi toutes les conditions doivent être réunies pour permettre un vaste rassemblement des écologistes et des gauches, des forces syndicales, associatives, des jeunes et des militants du quotidien, de celles et de ceux qui marchent pour le climat, qui luttent contre le racisme ou qui défendent la cause animale, des mouvements féministes ou décoloniaux…

 

Nous ne parviendrons pas à gagner si nous ne parvenons pas à nous unir.

 

Les citoyen-nes ne comprendraient pas que les organisations qui ont mis l’écologie, le social et la démocratie, au cœur de leur projet, se dispersent au lieu de se rassembler. Nous devons montrer l’exemple. »

 

Durant ces 2 couples d’élections de mars 21 et mai-juin 22, ce sont les mêmes électrices et électeurs que nous devons inviter : à se mobiliser pour être actrices et acteurs des mobilisations environnementales et sociales que vont nécessiter l’accentuation des crises qui s’annoncent et vont s’amplifier ; à se mobiliser pour construire ensemble, à partir de leurs territoires, à partir de leur préoccupations quotidiennes , un projet collectif de transition écologique et sociale pour les élections territoriales , puis pour les élections nationales.

 

Nous engageons ce travail pour les prochains mois, de façon transparente et participative, afin de présenter en juin prochain ce qui sera notre projet pour les échéances de 2022.

 

Nous avons à cœur de partager largement ce travail, à l’écoute des françaises et des français, à l’écoute d’autres initiatives porteuses des mêmes valeurs. Nous sommes prêts à construire ensemble, nous serons prêts à gouverner ensemble

 

Les citoyen-nes que nous appelons à se mobiliser ne comprendraient pas que les organisations de l’écologie, se dispersent, au lieu elles-mêmes de se rassembler. Nous devons montrer l’exemple.

 

Conformément à la motion du congrès de Saint Denis du 30 novembre 2019, nous devons rassembler l’écologie politique dans une maison commune de l’écologie. Le pôle écolo, qui réunit à ce jour 6 formations politiques ( AEI, Cap21, EELV, Génération écologie, Génération.s et le MdP) préfigure cette maison commune. Ces 6 formations du pôle écolo se sont engagées au niveau national , par le biais de l’appel pour des régions écologistes, citoyennes et solidaires (accessible ) à faire émerger les mobilisations citoyennes pour l’écologie durant l’ensemble des séquences électorales à venir .

 

Motion

 

Le conseil fédéral décide :

 

De soutenir fortement la mobilisation citoyenne pour les élections régionales et départementales, conformément à la motion votée en juillet dernier, en l’appuyant par un dispositif national ;

 

De mandater le bureau exécutif, pour poursuivre le travail de construction de la Maison commune de l’écologie politique dépassant EELV ;

 

De mandater le Bureau Exécutif, en lien avec les partenaires du Pôle écolo, pour engager des discussions avec l’ensemble des initiatives et des forces qui s’écologisent : les gauches, les organisations syndicales, associatives, les mouvements et tou.te.s les citoyen.ne.s, afin de travailler à la construction d’un projet écologiste, social, démocratique commun. Les axes majeurs du projet seront présentés au printemps prochain ;

 

D’étudier sur la base de ce projet la construction une majorité parlementaire et une candidature écologiste commune à l’élection présidentielle de 2022 ;

 

À l’issue de ce travail de construction collectif, la désignation de la personne candidate écologiste à la présidentielle sera organisée entre juin et septembre 2021 ; les modalités de cette désignation seront arrêtées au plus tard en avril 2021, en concertation avec les partenaires du pôle écolo, ainsi que ceux mobilisés dans la perspective de cette candidature écologiste.

 

Pour : 82 ; blanc : 5 ; contre : 29.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article