Europe : la révolution nécessaire

Publié le par Henri LOURDOU

Europe : la révolution nécessaire.

 

Jamais la nécessité que les Européens se fassent peuple européen n'aura été aussi urgente.

Que l'on m'entende bien : je perçois bien les objections de tous ceux qui disent qu'il n'y a pas actuellement de peuple européen au sens de nation pouvant faire État-nation tel que celui-ci s'est imposé depuis deux siècles comme cadre quasi-obligé de la démocratie libérale et parlementaire.

Et en effet, je ne vois que trop bien à quel point les "réflexes nationaux" continuent à marquer les mentalités, et donc les débats et les décisions politiques.

Mais comment ne pas voir aussi à quel point ce cadre devient de plus en plus inadapté ?

Et cela aussi commence à infuser dans les mentalités, comme le montre bien le dernier reportage du "Monde" (daté 23-5-20) sur les effets perçus par les "frontaliers" français et leurs voisins espagnols ou allemands de la récente fermeture des frontières pour cause de confinement.

Aussi, on ne saurait désespérer qu'un pas de plus dans la prise de conscience n'amène nombre de nos concitoyens à se percevoir enfin pleinement comme des citoyens de l'Union européenne, au même titre qu'ils sont citoyens français, espagnols ou allemands.

La hausse inattendue de la participation aux élections du Parlement européen en juin 2019 est un signe, encore trop timide j'en conviens, en ce sens. D'autant qu'elle a conforté, contre toute attente, davantage le camp "pro-européen" que le camp "eurosceptique".

 

 

Mais il faut aller plus vite et plus loin comme nous le démontre Stéphane Foucart dans sa chronique du "Monde" daté 24 & 25 -5-20 : "Le stratège est nu". Il faut qu'enfin les peuples d'Europe s'unissent politiquement autour d'enjeux européens pour prendre parti ensemble sur la nécessaire transformation de l'Union européenne en véritable État souverain. Telle est la révolution nécessaire.

Et Stéphane Foucart nous en fournit l'implacable démonstration.

Car s'il constate que la Commission européenne a enfin pris conscience de l'inefficacité des politiques environnementales européennes depuis trente ans , et de l'urgence de stratégies de préservation de la biodiversité et de mutation de l'agriculture, il conclut qu'en l'état l'UE telle qu'elle est ne peut mener ces stratégies de façon efficace.

En effet, le mécanisme d'élaboration des règles européennes conduit à mettre entre les mains des maîtres d'oeuvre de la catastrophe en cours le pouvoir de les orienter. Tant les lobbies économiques que les gouvernements des États-membres (dont l'unanimité est requise dans bien des cas) vont transformer les bonnes intentions de la Commission en renoncements divers.

C'est donc l'échec qui est programmé.

 

Seule, la volonté clairement affirmée d'un peuple européen enfin rassemblé peut s'y opposer. C'est pourquoi l'heure est aux mobilisations non plus seulement nationales, mais européennes autour de ces enjeux essentiels :

-L'interdiction claire et nette des produits phytosanitaires de synthèse

-La transition agricole généralisée vers l'agro-écologie.

Ici encore , la démocratie est la solution !

Europe : la révolution nécessaire
Europe : la révolution nécessaire
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article