Comment les néo-nazis retournent la communication gouvernementale sur l'accueil

Publié le par Henri LOURDOU

Comment les néo-nazis retournent la communication gouvernementale sur l'accueil

 

J'ai reçu récemment une copie de l'interview du Délégué Interministériel à l'Accueil et à l'Intégration des Réfugiés, poste créé au 1er janvier 2018, suite au rapport Taché, dans le cadre de la nouvelle loi Asile-Immigration.

En faisant une requête sur son nom et sa fonction, je suis tombé, dans la 1e page des résultats, sur deux articles de la fachosphère, dont l'un reproduit l'autre. Le premier sur le site désormais connu et donc facilement identifiable d'Alain Soral, egaliteetreconciliation.fr, le second sur un site d'apparence neutre appelé nos-medias.fr.

Sous le titre "Le gouvernement finance un concours "pour donner aux Français l'envie d'accueillir des réfugiés", ils n'hésitent pas à donner à voir 3 vidéos tirées des sites gouvernementaux, après les avoir bien sûr présentés à leur manière.

 

Une telle impudence traduit l'assurance d'être largement entendus et compris.

Avec un message simple : "Un concours visant à donner aux Français « l’envie d’accueillir des réfugiés » (NDLR : des migrants illégaux) et financé par le gouvernement, sur fonds publics (votre argent), car organisé notamment par la Diair – Délégation interministérielle pour l’accueil et l’insertion des réfugiés et la Dihal – Délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement."

Ils n'ont ensuite qu'à conclure :

"Ce sont ces gens-là, ces officiels, qui ouvrent les portes de la France à des clandestins pour lesquels ils disposent d’un budget, d’appartements et d’emplois. Tout ce qui manque au peuple français.

Moralité : on n’a pas fini de voir des Gilets jaunes en colère (pléonasme) !"


 

On doit malheureusement constater que cette rhétorique est de plus en plus entendue : "votre argent" est mal utilisé, le gouvernement finance l'accueil de "clandestins" ou de "migrants illégaux", donc il est légitime de refuser de payer ses impôts, voire d'obéir aux lois, et tous les migrants sont illégitimes à venir "chez nous".


 

Pour combattre cette double rhétorique, il faut tout d'abord être clairs sur nos valeurs et nos positions.

Le double discours et la double action du gouvernement, soi-disant "équilibrés", entre le refoulement des "mauvais migrants économiques" et l'accueil bienveillant des "vrais réfugiés", est et sera de plus en plus inaudible et inopérant.

Il faut assumer l'universalité et l'égalité des droits, mais aussi l'état du monde et les responsabilités collectives qui sont les nôtres, en regard de l'Histoire et des inégalités mondiales et de leur origine.

Cela fait, et encore faut-il le faire, les mots ne vont bientôt plus suffire face aux passages à l'acte dont le mouvement des "gilets jaunes" ne constitue que la préfiguration.

Un nouvel antifascisme est à l'ordre du jour. Sans recourir aux slogans et méthodes du passé, nous devons trouver les voies et les moyens de larges rassemblements pour préserver la démocratie et les libertés dans le nouveau cadre mondialisé qui est le nôtre. Sans la moindre concession aux sirènes souverainistes ou social-nationalistes.

Publié dans Immigration

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article