Sortir la gauche du bourbier présidentialiste

Publié le par Henri LOURDOU

Sortir la gauche du bourbier présidentialiste.

 

"Il n'est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni Mélenchon, ni Hamon." Le vieux monde autoritaire n'en finit pas de mourir. Mais son agonie est bien entamée. C'est pourquoi tant de monde reste penché à son chevet...

Mais nous avons mieux à faire que de servir de fan club aux candidats potentiels à la présidentielle de 2022.

Car le véritable enjeu est de reconstruire des partis capables d'élaborer un programme commun de gouvernement crédible face aux défis d'aujourd'hui et de demain.

Et cela dans le cadre d'une République parlementaire rénovée, une 6e République imposée par le suffrage populaire aux seules élections cohérentes avec ce cadre institutionnel : les élections législatives et sénatoriales.

Cela suppose une tout autre dynamique que la "guerre médiatique" simpliste et manichéenne prônée par le leader de la France Insoumise (cf le Monde du 2-3-18).

Ce n'est pas dans les médias et en faisant la leçon au peuple que cela se fera.

Mais dans la construction de lieux de débat et d'apprentissage de la démocratie participative, au plus près des besoins et préoccupations quotidiens.

Réinvestir l'action associative et syndicale est un pré-requis absolu pour former les nouvelles générations militantes qui régénèreront les vieux partis et permettront de forger la culture du débat et du compromis sans lesquels il n'est pas de véritable démocratie.

 

Les défis sont nombreux, graves et urgents. Ils appellent des réponses concrètes et immédiates, traduites en lois et règlements.

Défi climatique et donc énergétique : comment sortir des énergies fossiles (incluant le nucléaire) et donc passer à la fois à la sobriété énergétique et aux renouvelables ?

Défi de l'épuisement des ressources naturelles : comment nous passer des fameuses "terres rares" qui sont la base des industries du numérique, comment économiser l'eau et restaurer les sols tués par l'agrochimie productiviste, la forêt primaire ravagée par l'explosion démographique et les prédations du "Nord" au "Sud" ?....

Défi de la mondialisation : comment réguler les grands réseaux numériques et les migrations sans attenter aux libertés et aux droits humains ?

Défi de la démocratie : comment dépasser le cadre national sans susciter les replis identitaires ? Comment mieux associer les citoyens aux décisions sans paralyser les prises de décision nécessaires ?

Défi des inégalités et des discriminations : comment stopper la montée des inégalités et inverser la tendance ? Comment mettre fin à toutes les discriminations encore à l'oeuvre, qu'elles soient issues des représentations de genre ou de l'héritage colonial ?

 

A tous ces défis, on ne peut se contenter de répondre par des slogans. La gauche, dans toutes ses composantes, doit se mettre sérieusement au travail pour y répondre de façon à la fois concrète et crédible.

Et ceci dans la confrontation la plus franche et la plus honnête sur les divergences et donc sur les compromis à faire pour les dépasser.

Publié dans politique, unir les gauches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article