Une défaite syndicale annoncée

Publié le par Henri LOURDOU

Ordonnances Travail :

une défaite syndicale annoncée.

 

Cela devient répétitif, et même quasi-pavlovien (au point que Macron s'est payé le luxe de radicaliser le clivage en parlant des "fainéants" : réaction énervée assurée !).

Alors que les uns prétendent monopoliser le créneau de "l'opposition pure et dure" en occupant préemptivement la rue tous seuls (CGT, Solidaires, FSU), les autres jouent le jeu de la concertation jusqu'au bout en prétendant "limiter les dégâts" (CFDT, CGC, CFTC, Unsa rejoints à présent par FO).

Résultat : un rapport de force dégradé, qui se traduit par l'isolement progressif des "radicaux" et l'impuissance renforcée des "constructifs".

Les salariés, pris en otage par les uns et les autres, restent de plus en plus sur leur quant-à-soi : baisse de la syndicalisation, baisse de la participation aux élections de représentativité, baisse de la participation aux grèves et manifestations nationales.

 

Ces "ordonnances Travail" sont l'oraison funèbre de la division syndicale. Après la Bérézina politique des élections du printemps, nous allons assister à la Bérézina syndicale de l'automne.

 

Sur le terrain syndical, comme sur le terrain politique un seul mot d'ordre s'impose : reconstruire en rassemblant, et rassembler en reconstruisant.

Ce sera la tâche d'une génération.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article