Yasmina REZA "Heureux les heureux"

Publié le par Henri LOURDOU

 

Yasmina REZA "Heureux les heureux"

(roman, Flammarion, 190 p, 18 €, janvier 2013):

Un roman universel contre les "illusions du couple" ?

 

La critique enthousiaste entourant la sortie de ce livre (deux longs articles assortis d'entrevue avec l'auteur dans Le Mondes des livres du 4-1 et dans le Nouvel Observateur du 3-1) m'a poussé à "aller voir".

Si j'ai pris en effet plaisir à lire cette série de monologues intimes, débouchant sur un rassemblement de la plupart des personnages lors de la crémation d'un d'entre eux, je n'ai pas éprouvé l'enthousiasme de Jean Birnbaum (Le Monde) ou de Jérôme Garcin (Le Nouvel Obs).

A cela, j'oserai une explication : je me suis moins senti concerné par les personnages qu'eux sans doute. Ils appartiennent tous en effet à un milieu bien délimité : celui de la bourgeoisie parisienne la plus conventionnelle.

La prétention à l'universalité qui fait la très grande littérature n'y trouve pas son compte.

Or un règlement de comptes universel est revendiqué par l'auteur ("Je ne me suis jamais fait beaucoup d'illusions sur le couple, déclare-t-elle à J.Garcin. Je crois que littéralement je tape dessus depuis le début. Je me méfie du mot "amour", c'est un mot difficile à manier.")

On la comprend et on l'approuve dans la limite de ce qu'elle nous donne à voir : des couples faits d'hommes dominateurs, suroccupés et affectivement sous-développés associés à des femmes à la fois soumises et protectrices.

Mais en quoi sont-ils représentatifs de l'universalité du couple ?

Si le couple est bien une tentative désespérée d'échapper à la solitude, cette tentative peut provisoirement être couronnée de succès, comme en témoignent quelques écrits plus poignants que celui de Reza, comme la magnifique "Lettre à D." d'André Gorz (Galilée, 2006) ou l'hommage posthume d'Edgar Morin à "Edwige l'inséparable".

On ne peut que regretter pour Yasmina Reza que, prisonnière d'un certain milieu, elle ait été condamnée à devoir choisir la solitude, mais son livre ne fait qu'effleurer le sujet du couple.

Le roman critique des illusions du couple reste donc à faire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article