Exigeons le désarmement nucléaire

Publié le par Henri LOURDOU

 

"Exigez un désarmement nucléaire total"

par Stéphane HESSEL, Albert JACQUARD, Luigi MOSCA, Dominique LALANNE et Patrice BOUVERET, Fayard 70 p, 5 €.

 

Ce petit ouvrage fait le tour de la question du nucléaire militaire en mettant en évidence la nature et l'ampleur du danger et en réfutant les arguments des partisans de la prétendue dissuasion nucléaire.

Le mensonge est au fondement-même de l'apparition de cette arme nouvelle. Les bombes d'Hiroshima et de Nagasaki ne sont en rien à l'origine de la demande de capitulation du Japon en 1945, comme le montre la chronologie précise des événements.

Ce n'est pas après le bombardement d'Hiroshima, le 6 août 1945 que l'Empereur a réuni son cabinet, mais deux jours plus tard quand il a appris l'imminence du débarquement soviétique. Et ce n'est que quelques heures après l'annonce de sa décision de capituler que la bombe de Nagasaki est tombée, permettant ainsi aux USA de s'attribuer l'exclusivité de la victoire, tout en empêchant le débarquement soviétique.

Ainsi, la bombe A est d'entrée un instrument avant tout politique et non militaire.

C'est cependant un instrument de mort inégalé.

Aujourd'hui, les arsenaux nucléaires en état d'alerte représentent 53 000 bombes d'Hiroshima, les armes disponibles 600 000.

Aux 5 puissances nucléaires membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU se sont jointes 4 autres puissances, en attendant les suivantes, et en dépit du Traité de Non Prolifération de 1968. Les effets potentiels d'une guerre nucléaire, même "limitée", sont tels qu'aucun dirigeant sensé ne pourrait prendre la décision de tirer le premier.

L'arme nucléaire a donc deux inconvénients majeurs :

-ou bien elle est une dépense inutile (pour la France en 2011 : 3,4 Mds €...et on n'a vu nulle part qu'elle fût concernée par les efforts d'économie sur les budgets 2012 ou 2013 : on attend avec impatience les amendements des députés et sénateurs EELV et Front de Gauche, voire PS sur le sujet);

-ou bien elle nous met sous la menace de fous furieux qui ont la possiblité de détruire l'Humanité.

Obtenir que la France se joigne aux 146 pays qui ont voté en décembre 2010 le projet de Convention d'élimination des armes nucléaires à l'ONU, et qu'elle se dissocie des 25 autres pays qui ont, comme elle, voté contre, est donc un combat juste et urgent. C'est pourquoi nous devons être plus nombreux à signer l'appel au Président de la République pour un référendum en ce sens :

http://www.acdn.net

(Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire)

Publié dans politique

Commenter cet article