Retraite à 70 ans ?

Publié le par Henri LOURDOU

 

Retraite à 70 ans ? Ou insuffisance du montant des pensions ?


Le 3-11-08.


Un amendement parlementaire récent sème l'émoi : il introduit la possibilité pour un salarié de poursuivre son activité jusqu'à 70 ans (au lieu de 65 jusqu'à présent).

L'argument avancé en sa faveur est celui de la liberté du salarié. Qui n'y souscrirait ? Et il est en effet recevable dans le cas des salariés bien payés, et bénéficiant

de bonnes conditions de travail, de vie et de santé, le plus souvent hautement qualifiés et ayant donc commencé tardivement leur carrière. L'exemple du chirurgien auquel on a ôté le bistouri des mains à 65 ans pour cause de limite d'âge légale est emblématique.

L'ennui est que cela ne concerne qu'une minorité. Pour la majorité, l'effet réel d'un tel amendement est de conforter la baisse programmée du montant des pensions de retraite sous l'effet des différentes réformes encore à venir. Il annule l'action de tous ceux qui se sont battus depuis 1993, avec quelques résultats comme ceux obtenus par la CFDT en 2003, pour contrecarrer cette tendance. En particulier pour les bas salaires.

En réalité cet amendement ne fait que confirmer par la négative la nécessité d'une négociation refusée par le patronat, et à laquelle le gouvernement et sa majorité ont jusqu'à présent, malgré leurs promesses, renoncé à suppléer.

Il s'agit de la négociation interprofessionnelle sur la prise en compte de la pénibilité.

Elle seule aurait pu permettre d'introduire des paramètres équitables de variation de l'âge de départ en retraite, couplés à une garantie du montant des pensions.

Faute de cette prise en compte, « l'amendement des 70 ans » ne sera pas un facteur de liberté, mais une contrainte de plus pour la majorité des salariés.

Commenter cet article