Les Verts entre Hulot et Bové ?

Publié le par Henri LOURDOU

 

Printemps 2007 :

Les Verts entre Hulot et Bové ?


Alors que Nicolas Hulot semble découvrir (un peu tard...) que les grands candidats ont signé son Pacte écologique sans vraie volonté de s'engager, le 12e candidat, José Bové, vient d'être confirmé in extremis par le Conseil Constitutionnel. L'un comme l'autre ont reçu le soutien de certains responsables ou personnalités des Verts. L'un comme l'autre sèment le trouble dans notre électorat.

Il est donc nécessaire de mettre les choses au point de façon argumentée et claire, sans céder, comme c'est la mode, aux attaques personnelles à tonalité moralisatrice. C'est toute la question des rapport entre les Verts et l'extrême-gauche qui est posée.

L'excellente revue suisse "LaRevueDurable" dans son dernier n° pose ce constat terrible : "Les Verts français seraient-ils incapable de faire de la politique ?(...) Dans ce modèle (de fonctionnement qu'ils ont choisi "en s'inspirant des partis d'extrême-gauche") les courants s'accumulent et en changer est considéré comme une trahison. Cela crée des guerres incessantes qui rigidifient les dynamiques internes. Si on ajoute à cela des directions ultracollectives, composées de 10 à 20 personnes élues individuellement , on aboutit à des partis ingouvernables. Seuls les partis Verts qui ont abandonné ce modèle au cours des années 1990 pour fonctionner "en ligne" (et non en fractions qui s'allient) et avec une direction homogène ont réussi à devenir efficaces et à se maintenir au-dessus de 5%". (n°24, p 60)

Cela suppose, ajoute la revue, de se dissocier clairement de l'extrême-gauche. Il est vrai que nous nous retrouvons souvent avec des militants d'extrême-gauche sur certains combats sociétaux. Il n'en demeure pas moins que si le projet des Verts est révolutionnaire, leur démarche est réformiste.

C'est cette dualité constitutive de l'identité des Verts qui a semé la confusion dans certains esprits. Dissipons-la. Et quant au fonctionnement des Verts, il ne changera que si nous rejoignent par leur adhésion tous ceux qui partagent notre refus du fonctionnement actuel en courants figés.


Publié dans écologie

Commenter cet article