La gauche en morceaux : autour de quoi faire l'union ?

Publié le par Henri LOURDOU

La gauche en morceaux :

Autour de quoi faire l'union des gauches et des écolos ?

 

Dans une note de lecture d'octobre 2016 ("Pour un ultime hommage au camarade Castro"), je retrouve ce passage qui résonne avec l'actualité de cet entre-deux tours incertain de fin avril-début mai 2017 :

 

"Faut-il plébisciter le morcellement de la gauche ?

 

L'occasion de la mort de Castro sera une occasion de plus de gratter la plaie de sa division.

Entre les nostalgiques du communisme et de la Révolution d'une part, adeptes de la rupture franche et nette avec le capitalisme, et les réformistes plus ou moins mous, partisans des réformes graduelles et de la participation gouvernementale à tout prix, d'autre part, il semble qu'il n'y ait plus d'autre espace qu'un gouffre qui grandit sans arrêt, et réduit en même temps l'espace des uns comme des autres.

 

Quel que soit l'habit plus ou moins neuf dont ils se parent (l'écosocialisme pour Mélenchon, le progressisme libéral pour Macron, autoritaire pour Valls) les leaders potentiels de l'un et l'autre camp renvoient aux marges tous ceux qui récusent cette absurde polarisation et la paranoïa violente qui l'accompagne.

 

Le résultat politique est clair : une Gauche rigoureusement coupée en deux moitiés et laissant le champ libre à la Droite et à l'Extrême-Droite (cette dernière profitant au maximum de la faiblesse de la Gauche pour développer la démagogie pseudo-sociale et diviser encore plus le camp des exploités et opprimés par sa xénophobie et son racisme euphémisé).

 

Reconstruire l'union autour des fondamentaux : comment ?

 

Le paradoxe est que la Gauche, divisée dans les urnes, est unie dans les combats sociaux et sociétaux les plus emblématiques, ceux qui engagent ses valeurs communes : solidarité avec les exploités et opprimés, défense et extension des libertés et de l'égalité réelle.

Il suffit que l'enjeu soit clair pour que la réponse commune se formule quasi-spontanément.

Il y a donc un travail permanent à faire de clarification des enjeux. "

 

Nous y sommes aujourd'hui entre ces deux tours des présidentielles, et nous y serons encore plus demain entre les deux tours des législatives.

 

L'enjeu est de savoir si la menace d'une majorité FN est supérieure à celle d'une majorité centriste-libérale.

 

Il n'y a pas d'hésitation à avoir.

 

Ce manque d'hésitation est aujourd'hui le marqueur principal de l'union à construire : il va déterminer ses contours.

 

Il restera ensuite à lui donner un contenu cohérent. Mais ceci est une autre histoire.

 

Edgar MORIN notre vieux sage et ses préconisations

 

Dans Le Monde du 30-4/2-5, Edgar MORIN sort de son silence en résumant l'enjeu de l'élection qui vient : "Ses innombrables ralliements demeureront la force de Macron s'il y introduit de la convergence, mais sa faiblesse s'il subit l'hétéroclite. (...) Les forces profondes de régénération qui travaillent le pays, en même temps que le travaillent les angoisses, les peurs et les colères (qui favorisent Le Pen), sauront-elles se décanter et trouver un chemin en Macron ?"

On retrouve chez lui cette tendance, à mon avis illusoire, à vouloir se faire le conseiller du Prince.

Mais sur le fond de ce qu'il propose comme chemin, il n'y a pas à discuter : c'est une forme de synthèse écolo-socio-libérale qui réconcilierait potentiellement les "deux gauches ennemies". C'est le chemin prôné par Les Verts depuis plus de 40 ans.

C'est cette orientation, prise en sandwich, et maladroitement portée par Benoît Hamon dans la campagne du 1er tour (il n'a pas su équilibrer son discours entre la critique du populisme de gauche et celle du populisme du centre en accentuant outrageusement la seconde et en négligeant la première) que nous devons défendre dans les législatives.

C'est pourquoi je soutiendrai les candidats EELV dans la perspective d'une union des gauches et des écologistes, sur la base de convergences discutées et négociées à travers un programme commun de gouvernement.

 

Commenter cet article