Eloge des partis politiques

Publié le par Henri LOURDOU

Eloge des partis politiques

 

"Réponse à une enquête de la presse locale

sur "Où en sont les partis" au printemps 2016 :

 

Il semble qu'on s'aperçoive enfin que les partis politiques ne font pas recette. En ce qui nous concerne nous le savons depuis longtemps.

Les Verts, puis EELV, ont connu des courants d'adhésion fugitifs à certaines périodes fastes : entre 1997 et 2001, puis entre 2010 et 2012. Hors de ces périodes où l'espoir d'un changement transformait la sympathie électorale en adhésion, nous n'avons jamais été qu'un groupuscule...tout comme la plupart des autres partis où les militants actifs ou les élus ne s'entourent que de "clients" qui n'adhèrent que pour service rendu ou pour rendre service.

Nous persistons cependant à penser qu'un parti politique est un instrument indispensable au fonctionnement crédible d'une démocratie.

Car seuls ces organes permettent d'élaborer et de mettre en débat les projets politiques alternatifs permettant d'exercer de vrais choix.

Associer le maximum de citoyen-nes à cette élaboration et à ces débats : oui.

Cela suppose ouverture et écoute de la part des militants qui ont choisi de donner de leur temps et de leur énergie à l'existence et à la vie des partis.

Et donc interpellation permanente des élus issus de ces partis : car les citoyens continuent, envers et contre tout, à choisir leurs élus dans les candidats présentés par des partis.

Ce qui aujourd'hui n'est plus supporté c'est le cumul de mandats (dans la durée et dans le nombre) qui transforme certains élus en patrons de droit divin.

C'est aussi le flou entretenu sur les positions qu'ils prendront sur certains sujets non consensuels.

Pour rendre à la politique (et aux partis) leur attractivité, nous avons besoin à la fois de têtes nouvelles et de clarté dans les positions.

Ainsi, après 5 ans passés comme secrétaire du groupe local des Verts (de 2006 à 2011) puis 5 ans comme porte-parole d'EELV ( depuis 2011), je vais remettre ma démission lors de l'AG statutaire de notre groupe local qui aura lieu le 17 mai.

En ce qui concerne la clarté des positions, je renvoie à tous les communiqués et conférence de presse que j'ai tenus depuis 10 ans et qui ont exprimé les positions de notre petit collectif. Lequel va perdurer, j'en suis persuadé.

Henri LOURDOU, porte-parole EELV  Hautes-Pyrénées."

 

A l'heure où se développe à Gauche une campagne "hors partis" (du moins en théorie : en fait elle est placée sous le contrôle du fondateur d'un parti qui existe toujours et fournit à la campagne sa logistique et ses militants), il est plus que jamais nécessaire de rappeler le rôle fondamental de ces instruments parfois dévoyés et toujours perfectibles.

Ils sont la base d'une démocratie respectueuse des libertés. Tout comme ces autres "corps intermédiaires que sont les syndicats et les associations.

Sans partis, on entre dans la logique de "l'homme providentiel", toujours dénoncée avec constance par la Gauche avec raison.

Cette logique, reprise par trop de candidats aux présidentielles, est celle des institutions de la Ve République que nous souhaitons dépasser dans une VIe République parlementaire et participative, où le débat public doit retrouver tout son sens : celui de la recherche du compromis majoritaire, et non de la volonté brutalement imposée d'un seul homme ou d'une majorité artificiellement construite par des règles électorales non représentatives.

Car l'élection n'est qu'un (court) moment de la vie démocratique : ce qui fait la démocratie, c'est le débat, c'est-à-dire l'échange organisé d'arguments par rapport à des décisions à prendre.

 

Pour organiser le débat public, nous avons besoin des partis, de l'engagement et de la réflexion de leurs militants : ils sont le sel de la démocratie. Je les salue et leur rend hommage.

 

Publié dans unir les gauches

Commenter cet article