Samar Yazbek : ce que peut l'énergie du désespoir

Publié le par Henri LOURDOU

Samar Yazbek : ce que peut l'énergie du désespoir

Comment peut-on encore admettre les prises de position des realpolitikers ou des islamophobes pseudo-laïques qui nous vantent le choix d'Assad contre l'EI, après avoir lu Samar Yazbek ?

Dans cette guerre des monstres, c'est le peuple syrien qui est oublié et abandonné.

C'est ce que Samar Yazbek nous montre avec l'énergie du désespoir.

Son livre ("Les portes du néant", Stock) est un témoignage de première main sur la réalité de cette guerre atroce.

Il n'occulte rien de la terrible régression que constitue la guerre : comme l'écrit fort justement Jean Hatzfeld ("Le Monde des Livres du 15-4-16), "la guerre détraque les esprits. Elle dérobe la révolution".

Mettre fin à cette guerre en rendant le pouvoir au peuple syrien est plus urgent et plus improbable que jamais.

Et c'est parce que c'est à la fois improbable et urgent que nous devons le répéter, encore et encore, à la face de nos dirigeants démissionnaires ou attentistes.

Publié dans Syrie

Commenter cet article