Denis Tillinac : la Corrèze est-elle loin du Zambèze ?

Publié le par Henri LOURDOU

Denis Tillinac : la Corrèze est loin du Zambèze

Dans les années 50, alors que le jeune Denis vagissait dans ses langes, un journaliste de Paris-Match, Raymond Cartier lançait le slogan : "La Corrèze avant le Zambèze !" pour signifier la priorité à accorder selon lui à nos départements ruraux délaissés par le progrès plutôt qu'au développement de pays lointains plus ou moins peuplés de "nègres primitifs" (NB Je rajoute ces " pour bien montrer que je ne reprends nullement cette expression à mon compte).

Ce "mouvement d'opinion" à peu près contemporain du poujadisme, fut baptisé "cartiérisme".

Au début des années 80, un jeune journaliste passait à "Apostrophes" pour son premier livre publié, intitulé "Le bonheur à Souillac", où il rendait compte de son expérience de "localier" à la Dépêche du Midi ("le journal de la démocratie"... NB je rajoute ces ... pour bien montrer que je ne reprends nullement cette expression à mon compte ). Il en profitait pour revendiquer son identité politique de "Droite", en rupture avec le courant dominant de sa génération plutôt gauchiste. C'était ma foi plutôt sympathique.

Nous apprîmes par la suite que Denis Tillinac était en fait gaulliste, corrézien et proche de Jacques Chirac.

En 2015, nous voyons apparaître une pétition, portée par l'hebdomadaire "Valeurs actuelles" (porte-parole de la Droite dure), sous le titre accrocheur "Touche pas à mon église". Il s'agit de protester contre la volonté supposée du recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, de transformer les églises abandonnées en mosquées.

Cette pétition aurait été initiée par Denis Tillinac....qui nous apparaît pour le coup beaucoup moins sympathique.

Nous n'entrerons pas en détail dans la controverse : tout devrait être clair pour chacun. La plupart des églises abandonnées en France sont transformées en supermarchés ou en parkings dans l'indifférence générale. Les lieux de culte pour les musulmans sont nettement moins nombreux par tête de pratiquant que pour les catholiques. Et tous les lieux de culte construits avant 1905 (dont zéro mosquée) voient leur entretien et leur réfection subventionnés par l''Etat (en toute laïcité...)

Par contre soulignons un point : ce n'est pas parce qu'on devient vieux qu'on est obligé de devenir con.

De nombreux contre-exemples sont là pour le montrer.

Et pourtant, on est bien obligé de constater que certains de nos intellectuels ne s'améliorent pas avec l'âge.

Le rabougrissement de l'horizon dont témoignent les prises de position des Brückner (on vient d'apprendre qu'il a eu une enfance difficile : ce n'est pas une excuse, on a aussi des contre-exemples), Finkielkraut, Maris, et à présent Tillinac, semblerait prouver que décidément la Corrèze est loin du Zambèze.

Or ce n'est pas vrai.

Commenter cet article